Secteur Pastoral Corbeil Saint Germain
Retour à l'accueil

Edito

Accueil > Vivre en secteur > Edito

AU CŒUR DE LA VIE DE L’ÉGLISE.

Ouf ! Enfin, avec le déconfinement, nous pouvons nous rassembler et célébrer les sacrements. Et pourtant, même pendant le confinement, l’Église n’a pas cessé de célébrer les sacrements, en particulier, le sommet de la prière ecclésiale qu’est l’Eucharistie, communément appelée, la messe. En la matière, chacun se souvient des multiples initiatives mises en œuvre à travers les médias traditionnels et les réseaux sociaux. Plusieurs chrétiens individuels ou en famille ont suivi ces propositions qui essayaient de pallier le manque de rassemblement physique et cela a été une bonne chose. Des personnes malades chez elles ou dans les hôpitaux ont l’habitude de ce mode de présence de l’Église. Les liturgies familiales pouvaient aussi permettre de vivre des temps forts en « Église domestique ». Cependant, il faut avouer qu’il manquait une réalité palpable inhérente à ce qu’est l’Église. En effet, le terme Église en grec « ecclesia », signifie assemblée. Les sacrements (baptême, eucharistie, confirmation, pardon, onction des malades, mariage et ordre) rassemblent les membres de l’Église. Nos assemblées qui célèbrent sont appelées à devenir des communautés vivantes et fraternelles.

Les sacrements sont au cœur de la vie de la communauté chrétienne. Saint Jean-Paul II en 2003 écrivait par exemple à propos de l’Eucharistie : « L’Église vit de l’Eucharistie » dans une Encyclique mémorable.

Les sacrements sont autant de signes de l’Amour de Dieu donné gratuitement pour le bien de ceux qui les reçoivent, pour la vie de l’Église. Paroles, gestes et matériaux se déploient en une harmonie joyeuse qui invite les célébrants à la foi. Foi en la bonté du Père de miséricorde, foi en Jésus-Christ rédempteur de l’humanité, foi en l’Esprit qui sanctifie et confiance en l’Église qui célèbre. Alors vous qui, en ce mois de juin et les mois qui vont suivre, allez recevoir ou participer à la célébration de différents sacrements, dites au Seigneur à l’instar des Apôtres : « Seigneur, augmente en nous la foi ! ». Connaissez-vous sa réponse ? Si vous aviez la foi petite comme un grain de moutarde ou de sénévé, d’une parole, vous soulèveriez des montagnes !

A la fin de la célébration de chaque sacrement, une bénédiction est en général donnée avec un envoi. Que la paix célébrée et reçue accompagne chacune de nos vies ! Amen.

Père Emmanuel BIDZOGO.