Secteur Pastoral Corbeil Saint Germain
Retour à l'accueil

Conférence de Mgr Gilson sur le Concile Vatican II

Accueil > Vivre en secteur > REPORTAGES > Conférence de Mgr Gilson sur le Concile Vatican II

Samedi 19 novembre 2011, la conférence de Monseigneur Gilson sur le Concile Vatican II a rassemblé au Collège Saint-Spire environ 25 personnes du secteur pastoral de Corbeil Saint-Germain.

Au cours de cette très intéressante conférence, Monseigneur Gilson - qui a eu le privilège d’assister aux travaux des Pères Conciliaires alors qu’il accompagnait l’Archevêque de Paris Mgr Veuillot dont il était le secrétaire particulier - a rappelé que Vatican II fut le premier Concile Universel, une "véritable Pentecôte" (seule la Chine était absente) qui s’inscrit dans une continuité, et n’est donc pas une rupture avec ce qui a précédé.

Voici quelques points importants dont le message fait vivre l’Eglise aujourd’hui :

- le Concile nous donne de grandir en Eglise, Peuple de Dieu. C’est une semence destinée à germer, et féconder.

- les textes du Concile sont très riches d’enseignement, mais la grande réussite c’est d’avoir mis entre les mains des chrétiens la Bible et fait la réforme liturgique, permettant sur un cycle de trois années, A, B, C, d’accéder à la Parole de Dieu, qui fait de tout chrétien un missionnaire.

- le Concile n’est pas un livre de théologie, c’est une réflexion qui oriente l’Eglise et s’impose aux Evêques.

Les grandes décisions sur lesquelles on ne revient pas se trouvent dans les quatre Constitutions, documents-sources du Concile (la réforme liturgique, par exemple, n’est pas révisable).

Par contre, les neuf décrets d’application sont révisables : par exemple, les relations avec le judaïsme n’y ont pas été inclues à l’époque, et elles apparaissent maintenant dans les déclarations finales.

Enfin, Monseigneur Gilson a beaucoup insisté sur le rétablissement du diaconat permanent signifiant le rôle intangible de l’Eglise Servante.

Une prochaine rencontre sur Vatican II est prévue le 10 mars 2012.

Nous en reparlerons.

Guitou Cadot