Secteur Pastoral Corbeil Saint Germain
Retour à l'accueil

3 décembre 2011 : Inauguration de la fin des travaux de rénovation de la cathédrale Saint-Spire

Accueil > Vivre en secteur > Corbeil - St Spire > Reportages - Souvenirs > 3 décembre 2011 : Inauguration de la fin des travaux de rénovation de la (...)

Samedi 3 décembre 2011, en dépit d’un temps pluvieux qui ne favorisait pas la visite extérieure des magnifiques travaux de restauration dont St Spire a bénéficié, cette célébration d’inauguration a réuni un grand nombre de personnes. M. Serge Dassault, Ssénateur de l’Essonne, M. Jean-Pierre Bechter, Maire de Corbeil-Essonnes, M. Jean-Michel Fritz, Premier Adjoint chargé de la Culture, M. Michel Fuzeau, Préfet de l’Essonne, étaient présents, heureux de fêter cette réalisation ensemble.

Cette célébration était accompagnée par le chœur diocésain sous la conduite de Dani de Guibert.

Mgr Dubost, évêque d’Évry, entouré de Mgr Bobière, vicaire Général ; du Père Philémon, curé de St Spire ; du vicaire épiscopal, du responsable du secteur pastoral, de l’ensemble des prêtres du secteur et de nombreux autres, amis de Corbeil, a chaleureusement accueilli croyants et non-croyants.

Extraits de l’homélie de Mgr Dubost
Dans cette cathédrale St Spire, il aurait été de circonstance de parler de St Exupère, mais ce que l’on sait de sa vie se rattache surtout à des légendes et il est difficile de savoir quelle a été sa vie.
Nous avons choisi de dédier cette célébration à St François-Xavier, jésuite missionnaire du début XVIè sc., qui avait appris les langues orientales, et dit-on, converti plus d’un million de personnes. Or, les textes d’aujourd’hui, parfois durs à entendre, parlent de la mission.
On y entend : « celui qui croit sera sauvé ». Mais on aurait pu traduire par : « celui qui a confiance… ». Le mot «  foi  » dit fidélité et confiance, la confiance est le cœur de notre foi. Il n’y a pas de société possible si on ne fait pas confiance – non seulement à Dieu- mais aussi aux autres.

Cet appel à la confiance est nécessaire pour trouver le bonheur. Le Christ le dit alors qu’il est mort, au moment de sa résurrection. Il sait que faire confiance, c’est prendre des risques. Mais nous proclamons que la confiance conduit à Dieu et que Dieu est plus fort que nos manques de confiance.

St François-Xavier était professeur de philosophie. Cette église, au cœur de la révolution était un temple de la raison. Aujourd’hui encore, notre civilisation accorde une place importante à la raison. Nous devons être des hommes et femmes d’intelligence, car la raison conduit à la confiance. Nous ne pouvons être missionnaires que si nous écoutons et dialoguons avec l’autre. Pas de mission possible sans recours à l’intelligence, et à l’admiration de la beauté.

La restauration de cette église est le fruit du travail issu de l’intelligence de personnes complètement différentes. Elle doit donc être ici, un signe d’unité. Nous devons, comme cette cathédrale, non pas être prosélytes, mais témoins de la confiance en une société qui va vers le meilleur.

A l’issue de la célébration religieuse, la plaque commémorative a été dévoilée officiellement.

Un peu d’histoire

Mille ans et même un peu plus... puisque c’est autour de l’an 950 qu’Haymon, comte de Corbeil, fit construire la première église pour y abriter les reliques de deux saints normands, Exupère (qui deviendra Spire) et Loup.
Une église qui fut d’abord - et jusqu’à la Révolution - une collégiale entourée par un cloître, dirigée par un abbé assisté par des chanoines.
Une collégiale comtale, puis royale à partir de 1120, qui se transforma tout au long du Moyen Age, incendiée, détruite, reconstruite et finalement consacrée le 10 octobre 1437.
Une collégiale qui accueillit aussi bien rois et reines de France qu’humbles fidèles et pèlerins qui venaient se recueillir devant les saintes reliques ou suivre les processions qui traversaient la cité le cinquième dimanche après Pâques derrière les confrères de Saint Spire.
Avec la Révolution, la collégiale devient l’église paroissiale de Corbeil, un temps "temple de la raison" avant que les choses ne rentrent dans l’ordre avec Bonaparte et le Concordat de 1801.
Enfin, l’église paroissiale est devenue la cathédrale Saint Spire de Corbeil-Essonnes en 1966 avec la création du nouveau diocèse d’Evry-Corbeil-Essonnes.

Mille ans... c’est dire qu’au cours des siècles, sans compter les outrages du temps, Saint Spire a connu bien des vicissitudes - guerres de religion, explosions de la poudrerie royale, guerre de 1870-71, guerres mondiales - qui ont nécessité bien des rénovations, déjà anciennes.
Celle qui vient de s’achever a concerné la restauration extérieure de l’édifice, redonnant aux vieilles pierres une nouvelle jeunesse et une couleur retrouvée, permettant à chacun de remarquer des détails que l’on ne voyait plus ou que l’on imaginait même pas.
Et celui qui entre dans la cathédrale pourra aussi admirer des vitraux régénérés qui nous racontent l’histoire religieuse de Saint Spire et plus largement celle de Corbeil-Essonnes.

Il s’est donc trouvé au cours des siècles des bienfaiteurs et des artisans, des compagnons et des mécènes, des donateurs et des ouvriers pour que Saint Spire vive et revive.
Aujourd’hui, l’histoire continue.
Ayons donc une pensée pour toutes celles et ceux qui, hier et aujourd’hui, ont permis cette aventure millénaire.

Petit retour en photos sur ce mémorable chantier.