Secteur Pastoral Corbeil Saint Germain
Retour à l'accueil

23 septembre 2012 : Messe de Rentrée du Secteur

Accueil > Vivre en secteur > REPORTAGES > 23 septembre 2012 : Messe de Rentrée du Secteur

Premier grand rendez-vous de l’année, la messe de rentrée du secteur pastoral est toujours l’occasion de joyeuses retrouvailles au sortir de la période estivale. Si la communication d’une paroisse à l’autre n’est pas toujours évidente - chacun ayant, "dans son coin", fort à faire - la joie de se retrouver témoigne d’une vraie passion commune au service de notre secteur.

Le Père Christian nous a accueillis par ces mots :

"Frères et sœurs,

Même si les mouvements et services d’Eglise se sont, pour la plupart, remis en route après la rentrée scolaire, il est pastoralement opportun, voire indispensable, que les chrétiens de notre secteur pastoral se rassemblent pour célébrer leur foi et rendre grâce à celui qui fait de nous son Peuple saint.

Notre action de grâce rejoint bien sûr celle du Père Justin AKAKPO qui préside cette Eucharistie, célébrant le dixième anniversaire de son ordination presbytérale. Nous sommes heureux de compter parmi nous des compatriotes du Père Justin, togolais ou d’origine togolaise, en particulier le Père Simon, ici présent.

Il y a quelques semaines, arrivait dans notre secteur le Père Emmanuel ILEKINGAMBIHU, que certaines et certains ont eu l’occasion de rencontrer. Nous lui disons notre joie de l’accueillir et lui souhaitons d’être heureux parmi nous.

Notre joie d’être ensemble est aussi partagée par nos sœurs et frères catéchumènes et recommençants, leurs accompagnatrices et accompagnateurs qui, eux aussi vivent leur rentrée. A l’issue de la liturgie de la Parole, les futurs baptisés quitteront notre assemblée pour rejoindre le presbytère et poursuivre la réflexion commencée en début de matinée.

Cette journée est aussi un temps fort pour les jeunes qui se préparent au sacrement de Confirmation. Rassemblés eux aussi en début de matinée, ils nous ont rejoints avant de rencontrer notre évêque, cet après-midi, au lycée Saint-Léon.

Souhaitant la bienvenue à toutes les personnes qui viennent d’arriver dans notre secteur pastoral de Corbeil Saint-Germain, vivons cette action de grâce, confiant à Celui qui nous rassemble, cette année 2O12- 2O13, année de la foi au cours de laquelle nous sommes conviés à mettre le SERVICE DU FRERE au centre de la vie de nos diverses communautés."

JPEG - 27.3 ko
De nombreux chants ont animé cette belle célébration.
JPEG - 21.5 ko
Les fidèles, très nombreux, ont écouté avec une grande attention l’homélie du Père Justin.

En voici le texte intégral :

(Textes : Sg 2, 12.17-20 ; Ps 53 ; Jc 3, 16-4,3 ; Mc 9, 30-37)

Alors que Jésus leur annonce sa passion et sa mort tragique comme serviteur du plan de salut de Dieu sur le monde, les disciples, eux, discutent pour savoir lequel d’entre eux est le plus grand. Savoir qui est le plus grand, voilà chers frères et soeurs, ce qui préoccupait l’esprit des disciples au moment où leur Maître, pour la deuxième fois leur parle ouvertement de ses souffrances et de sa mort toutes proches.

Avec cette question de préséance ou de course aux premières places dans l’Evangile de ce 25ème dimanche, nous sommes en plein coeur des réalités qui nous sont hélas trop familières. Ce ne sont que complots, rivalités, querelles, guerres, tensions, conflits et oppositions dont notre monde est le lot presque quotidien. C’est vrai pour les couples, c’est vrai dans les familles avec les conflits de génération, les conflits d’intérêts, les jalousies ; c’est vrai dans les quartiers avec les conflits de voisinage. C’est vrai dans les entreprises avec les conflits du travail ; dans les affaires publiques avec les antagonismes politiques. C’est aussi, et malheureusement, vrai dans l’Eglise ou dans nos communautés chrétiennes. Il arrive qu’on s’y querelle pour des problèmes de pasorale ou de liturgie. Il arrive que certaines de nos réunions finissent en queue de poisson. A ces conflits et rivalités qui nous opposent et nous divisent souvent, Jésus, dans l’Evangile qui est proposé à notre méditation répond de manière absolument déroutante : à celui qui veut être premier, il demande d’occuper la dernière place ; à celui qui rêve de commander, il propose de servir.

Le Christ n’interdit pas, chers frères et soeurs, d’aspirer à occuper les premières places. Il n’interdit pas non plus d’avoir d’ambition. Mais il rappelle qu’il ne faut pas se tromper d’ambition. Il y a une ambition qui est source de conflits et qui pervertit les relations humaines. C’est l’ambition démesurée que l’Apôtre Jacques, dans la 2ème lecture de ce dimanche, n’hésite pas à dénoncer : la convoitise. Elle est mauvaise parce qu’elle rend jaloux, envieux et méchant. Mais il y a une autre ambition. Celle qui consiste à prendre le tablier pour servir Dieu et nos frères. C’est la saine ambition, ambition à laquelle la Parole de Dieu de ce jour nous convie afin de faire de nos communautés et de notre monde des lieux où règnent la tolérance, la compréhension et la paix. Evitons d’être des gens qui passent leur temps à penser le mal et à s’en prendre injustement à tous ceux dont la conduite nous contrarie, comme nous le voyons dans la 1ère lecture. En ce 25ème dimanche du temps ordinaire de l’année B, chacun de nous est invité à la simplicité et à l’amour dans le service. Soyons des gens simples, humbles et zélés pour le service. Jésus l’a été, certains grands hommes de ce monde ont su l’être également. Etre humble, c’est être grand comme le témoigne cette histoire que je vais vous raconter.

Quelque cent ans passés, un étudiant se trouvait assis dans un train à côté d’un homme qui semblait être un paysan bien portant. Cet homme était en train de prier le chapelet en égrenant les perles dans ses doigts. "Monsieur, vous croyez encore en des choses si désuètes ? demanda l’étudiant au vieil homme et éclata de rire en disant : je ne crois pas en des choses aussi stupides. Prenez mon conseil... jetez ce chapelet par la fenêtre et apprenez donc ce que la science peut dire à ce sujet". La science ? répondit l’homme offusqué, je ne comprends pas celle-là. Vous pouvez peut-être me l’expliquer ? L’étudiant se rendit compte que le vieillard était profondément affecté et que des larmes coulaient de ses yeux. Alors, pour éviter de le blesser davantage, il se contenta de dire : S’il vous plaît, donnez-moi votre adresse et je vous enverrai quelque littérature sur le sujet". L’homme fouilla dans la poche intérieure de sa veste et donna sa carte de visite. Subitement, l’étudiant inclina sa tête de honte et devint silencieux. Il venait de lire sur cette carte "Louis Pasteur", directeur de l’institut de recherche scientifique de Paris.

Puisse cette belle leçon d’humilité de ce grand scientifique nous inspirer et nous guider dans notre vie de chaque jour.

Père Justin-Chrétien Akakpo.

JPEG - 20.8 ko
JPEG - 30.2 ko
Deux moments...
JPEG - 29.8 ko
... chargés d’émotion.
JPEG - 24.5 ko
Et comme toujours, le Comité des Fêtes s’était surpassé...